MEETING DU GRAND PARTI A NOTTO DIOBASS : LES CLOWNERIES DU MINISTRE ALIOUNE SARR DEVANT DR MALICK GACKOU.

0

MEETING DU GRAND PARTI A NOTTO DIOBASS : LES CLOWNERIES DU  MINISTRE ALIOUNE SARR  DEVANT DR MALICK GACKOU.

Quelle mouche a donc  piqué le ministre du Commerce et responsable départemental de l’AFP à Thiès, M. Alioune Sarr, au point de choisir de se rabaisser, tel un excellent numéro de clown, devant le président du Grand parti, Dr Malick Gackou, qui présidait ce dimanche 23 avril un meeting organisé à Notto Diobass par l’ex-présidente du mouvement des femmes progressistes du département, Maryvones Gningue. Une dame qui, aujourd’hui, exerce les mêmes fonctions pour le compte du Grand parti. La manifestation était organisée sur un terrain nu, face à la maison du ministre Alioune Sarr, voisine de celle de son ancienne camarade de parti et nouvelle patronne des femmes du Grand parti dans le département. Et c’est juste au moment où Dr Malick Gackou arrivait avec sa forte délégation que le ministre Alioune Sarr, accompagné lui aussi d’une importante délégation revenant d’une tournée dans le Diobass, s’est pointé. Et pendant que l’assistance croyait qu’il était juste de passage, pour traverser et regagner sa demeure, le responsable départemental de l’Afp, une fois à hauteur du meeting, face au Dr Malick Gackou, a campé sur les lieux avec ses militants, comme s’il était animé d’une volonté de saboter la tenue de rencontre politique de l’opposition. Grand moment de confusion ! De part et d’autre fusaient les sirènes, les sifflets, le son des tam-tams et des klaxons de véhicules, ce dans un tohu-bohu indescriptible. Impossible de percevoir les quelques mots prononcés par le patron du Grand parti. Un moment, le ministre Alioune Sarr est même sorti de son véhicule pour exécuter quelques pas de danse sérère, le «Mbilime». Il ne quittera le lieu du meeting avec ses hommes qu’à la fin de la séance pour regagner à pied son domicile. Malgré cette perturbation, Dr Malick Gackou s’est réjoui du fait que «le Grand parti se porte à merveille dans le département de Thiès». Il a chaleureusement salué l’ensemble des patriotes du Front pour la défense du Sénégal, Manko Wattou Sénégal, et rappelé à ces derniers «la mission que nous avons ensemble dans la solidarité, la main dans la main, de travailler, de triompher de tout uniquement pour le Sénégal». L’enfant de Guédiawaye s’est aussi beaucoup soucié de «la sauvegarde des valeurs intrinsèques à même de permettre au Sénégal d’être une nation de paix, de démocratie et de liberté». Binta BA (correspondante)

 

Macron: « nous avons changé le visage de la vie politique française » M6info

0

Macron: « nous avons changé le visage de la vie politique française »

Marine Le Pen: « Ce résultat est historique »(M6info)

0

Marine Le Pen: « Ce résultat est historique »

 Marine Le Pen s’est présentée dimanche, à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle française, comme l’incarnation d’une « alternance fondamentale », par opposition à Emmanuel Macron, son adversaire du second tour. « Vous avez le choix de l’alternance, la vraie », a déclaré la présidente du Front national (FN) à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle a attendu les résultats.

le maire de la commune EST; Pape DIOP revient sur l’historique de la récupération de Talla SYLLA.

SANYO DIGITAL CAMERA

Reportage-Frédéric DIALLO. Le maire de la commune EST; Pape DIOP revient sur l’historique de la récupération de Talla SYLLA, par Idrissa SECK.

SANYO DIGITAL CAMERA
SANYO DIGITAL CAMERA
SANYO DIGITAL CAMERA
SANYO DIGITAL CAMERA

POLITIQUE:Point de presse de Babacar FALL,président du mouvement « Thiès sur les rails de développement »

0
SANYO DIGITAL CAMERA

Reportage: Frédéric DIALLO-POLITIQUE:Point de presse de Babacar FALL,président du mouvement « Thiès sur les rails de développement »

SANYO DIGITAL CAMERA
SANYO DIGITAL CAMERA

Meeting de mobilisation de Mamadou Lamine MASSALY.

0

Reportage:Frédéric DIALLO.

1 (1)

POLITIQUE: un mouvement en gestation; sous la houlette de Maty Senghor BEYE.

0
SANYO DIGITAL CAMERA

Reportage:Frédéric DIALLO.

SANYO DIGITAL CAMERA
SANYO DIGITAL CAMERA

Ibrahima Sow, président des Sénégalais d’Amérique,  » même les Sénégalais qui ont des papiers peuvent être expulsés »

Une peur panique sévit dans les rangs des Sénégalais d’Amérique, sur la tête de qui, plane une menace d’expulsion depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir. Personne n’est plus à l’abri et beaucoup d’entre eux sont sous le coup d’une expulsion imminente, si l’on se fie au président de l’association des Sénégalais d’Amérique.« Certains ont déjà été refoulés et d’autres attendent en prison, dans des conditions déplorables, explique Ibrahima Sow, désemparé, selon qui cette situation est d’autant plus inquiétante que l’administration Trump ne cesse d’alourdir leur souffrances. »

« En fait, le nombre de personnes susceptibles d’être expulsées a considérablement augmenté. Avant, seules les personnes qui ont commis des crimes ou des délits graves pouvaient l’être. Et la direction de l’Immigration n’était habilitée à le faire que dans quelques cas exceptionnels: si la personne a 14 jours au maximum dans le pays et si elle se trouvait sur un rayon de 15 km des frontières« , confie-t-il.
Avec l’arrivée de Trump au pouvoir, tout a changé. Les verrous sont de plus en plus éliminés, au grand dam des immigrés. « Désormais, même les Sénégalais qui ont des papiers peuvent faire l’objet de d’expulsion. Le décret de Trump prévoit en effet que toute personne qui a eu à utiliser des papiers appartenant à autrui pour travailler, peut être exclue des Etat-Unis. Pis, la direction de l’immigration a vu ses compétences élargies. Elle peut renvoyer de personnes qui ont fait deux ans et ce, quel que soit l’endroit où elles se trouvent« .

Même les gens simplement soupçonnés peuvent être chassés de chez l’oncle Sam. « Il suffit que la direction de l’Immigration vous considère comme une menace potentielle pour que vous soyez expulsé« , informe Ibrahima Sow.

Pour toutes ces raisons, le représentant de la communauté sénégalaise qui a fait 17 ans aux Etat-Unis s’inquiète du sort qui leur sera réservé. « Il faut s’attendre à une vague d’expulsions. Plusieurs Sénégalais sont dans les cas prévus par le règlement« , déclare-t-il.

Mais le courroux des ressortissants Sénégalais est surtout exacerbé par le comportement de leur gouvernement dans cette affaire. Selon M. Sow,  » l’Etat sénégalais est complice de ces expulsions. S’il n’avait pas signé les documents administratifs, ces personnes ne seraient pas expulsées. Ainsi, selon toute vraisemblance, le Sénégal a cédé à la menace de Trump qui annonçait des sanctions contre les gouvernements qui ne coopéreraient pas« .

Pour le président de l’association des Sénégalais d’Amérique, les autorités consulaires ne donnent aucune explication par rapport à la situation qui prévaut. « C’est ce qui nous fait le plus mal. Le Sénégal n’est pas le seul pays concerné, mais les autres au moins, ont informé leurs ressortissants. Ils savent le nombre, la date et les conditions; pour le moment, c’est la confusion totale« , rapporte Ibrahima Sow.

Déplorant les conditions dans lesquelles s’opèrent ces rapatriements, il déclare,  » c’est traumatisant. On te cueille au milieu de la nuit dans une prison, on te débarque à Dakar. L’Etat devrait au moins les accueillir, leur montrer sa compassion, leur donner quelque chose pour qu’ils puissent rentrer tranquillement chez eux. Même s’il n’a rien à leur donner, nous pouvons nous cotiser et les assister. Mais tout est fait en catimini, on nous cache ce qui se passe« , déplore-t-il.

source: l’observateur

POLITIQUE-8é CONGRES DU JEFF-JEEL: MAIMOUNA DIENG 1er ADJOINT MAIRE SOUTIEN…

0

Reportage:Frédéric DIALLO. POLITIQUE-8é CONGRES DU JEFF-JEEL: MAIMOUNA DIENG 1er ADJOINT MAIRE  et PRÉSIDENTE DES FEMMES DE FAL ASKAN WI DE TALLA SYLLA SOUTIEN SES FRERES DU JEFF -JEEL…

hqdefault (1)