Attentat à Liège : qui est Benjamin Herman, l’auteur présumé de la fusillade ?

Attentat à Liège : qui est Benjamin Herman, l'auteur présumé de la fusillade ?LIEGE – Un homme a tué trois personnes ce mardi dans le centre-ville de Liège, en Belgique. L’assaillant, présenté comme Benjamin Herman par les médias belges, serait un homme récemment sorti de prison. La piste de l’attentat terroriste islamiste ne fait plus de doute.

L’ESSENTIEL

Il s’appelle Benjamin Herman et serait, selon plusieurs titres de presse belge, l’auteur présumé de l’attentat qui a fait trois morts à Liège, en Belgique, ce mardi 29 mai 2018, dans la matinée. C’est ce trentenaire, né en 1982 et tout juste sorti de prison, qui aurait violemment agressé au couteau deux policières en plein centre-ville avant de leur voler leurs armes et de les abattre, ainsi qu’un homme de 22 ans, présent dans une voiture stoppée à un feu rouge sur les lieux de l’attaque. Le Procureur du Roi, qui s’est exprimé sur le déroulé des faits lors d’une conférence de presse à la mi-journée, a indiqué que l’assaillant a ensuite été abattu par les forces de l’ordre, après un ultime assaut et une brève prise d’otages dans un lycée.

Selon plusieurs sources, Benjamin Herman était actuellement incarcéré et bénéficiait depuis lundi d’une permission pour un rendez-vous de reclassement. N’ayant pas donné signe de vie lundi soir, il faisait l’objet d’un signalement. Selon RTL.Info, il pourrait être impliqué dans le braquage d’une bijouterie ce même lundi soir à Rochefort, voire dans le meurtre d’un de ses potentiels complices dans la ville voisine de Marche-en-Famenne, dans la province de Luxembourg. Ce mardi, le forcené aurait crié « Allah Akbar » au moment de la fusillade, selon une témoin. Une enquête pour « infraction terroriste » a été ouverte selon le Procureur du Roi. Suivez les dernières informations sur la fusillade de Liège en direct.

EN DIRECT

19:28 – Une cagnotte en ligne pour soutenir les victimes

Ce mardi matin, deux policières et un jeune homme ont été tués dans un attentat à Liège, en Belgique. L’assaillant, fiché pour radicalisation, a été abattu et une enquête est ouverte. Pour aider les victimes, l’association V-Europe qui aide les victimes de terrorisme en Belgique, vient de lancer une cagnotte en ligne. Ce fonds d’urgence servira « couvrir les frais immédiats nécessaires tels que le transport et hébergements pour les proches », « soutenir les frais des prochains jours tel que funérailles », « aider les proches et victimes dans les semaines à venir tel que traitement du traumatisme par un suivi spécialisé », précise l’association. 

18:58 – Le tireur « voulait trouver des victimes faciles », selon un témoignage

Quelques heures après l’attentat qui a fait trois morts, deux policières et un jeune homme de 22 ans, à Liège, en Belgique, les témoignages affluent. Isabelle, qui travaille dans un immeuble donnant sur le boulevard, détaille la scène au micro de BFMTV : « On a entendu deux pétards, fort. Il y a eu trois secondes de silence. Et puis on a entendu encore deux-trois coups de feu très forts qui se rapprochaient.(…) Il a tiré à bout portant. » Elle ajoute : « Il avait les mains en l’air en criant ‘Allahou akbar’ et là, il a parlé de la Syrie. » Et conclut : « Il était déterminé et en même temps on voyait qu’il commençait à être nerveux. Il courait, il ne s’arrêtait pas de courir. À un moment donné il donnait l’impression qu’il ne savait pas où aller. C’était clair qu’il voulait trouver des victimes faciles à avoir. »

18:48 – L’auteur de l’attentat de Liège « avait des contacts avec des islamistes »

Auteur de l’attentat à Liège ayant fait trois morts, Benjamin Herman « avait des contacts avec des islamistes », indique une source proche de l’enquête, dont LCI se fait l’écho. La chaîne d’information indique également que l’assaillant était bien radicalisé.

18:22 – Le ministre de la Justice belge se défend sur la remise en liberté de l’assaillant

Alors que l’on a appris dans l’après-midi que l’auteur de l’attentat à Liège avait bénéficié d’un congés pénitentiaire, le ministre de la Justice belge a affirmé qu’il n’y avait aucune raison de lui interdire. « L’auteur de l’attaque à Liège avait déjà bénéficié de 11 autorisations de sortie d’un jour et de 13 congés pénitentiaires de deux jours qui s’étaient bien déroulés, il était donc difficile de prévoir que cela se passerait mal à la 14e fois », a fait savoir Koen Geens.

18:06 – « L’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police »

La conférence de presse donnée par le chef de corps de la police de Liège, Christian Beaupère, s’est achevée et ce dernier a confirmé que Benjamin Herman, l’assaillant, avait bien en tête de s’en prendre à des policiers. « Il est clair que l’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police », a-t-il fait savoir.

17:54 – Une minute de silence organisée à Liège

« Une minute de silence sera organisée à 13h demain pour tous les liégeois et liégeoises qui le souhaiteront », a fait savoir Willy Demeyer, le maire de la ville de Liège, lors de la conférence de presse ayant lieu en ce moment avec Christian Beaupère, chef de corps de la police de Liège.

17:15 – Attentat à Liège : quatre blessés parmi les forces de l’ordre

Lors d’une conférence de presse, le responsable de la police de Liège a indiqué que quatre policiers ont été blessés leur de leur intervention pour maîtriser l’auteur de l’attentat. Le terroriste disposait de deux armes à feu chargés de 17 balles par arme. L’un des policiers a eu l’artère fémorale touchée par un tir. « L’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police […] de s’en prendre aux institutions et à l’Etat de Belgique » dit le chef de la police devant la presse.

17:09 – Benjamin Herman, le présumé terroriste de Liège, un homme « instable »

Selon les informations de la RTBF, le « profil psychologique » de l’auteur présumé de l’attaque « était considéré comme instable » par les experts qui se sont prononcés sur son cas. L’homme aurait été condamné à une peine de prison pour des faits de droit commun.

16:49 – Le roi Philippe à Liège pour soutenir la police et la proches des victimes

Le monarque belge a tenu à se rendre sur les lieux du drame. Il s’est notamment rendu à l’hôtel de police de la ville pour manifester sa solidarité et son soutien aux forces de l’ordre, alors que des policières ont été prises pour cible par l’auteur de l’attentat.

Voir l'image sur Twitter
16:32 – L’auteur présumé de l’attentat se serait rendu chez sa grand-mère hier

Paris Match Belgique rapporte que Benjamin Herman se serait rendu chez sa grand-mère, « une habitante d’une localité proche de Marche-en-Famenne » la nuit dernière pour y passer la nuit. On ignore combien de temps il serait resté à ce domicile.

16:15 – Une conférence de presse du parquet fédéral ce mercredi pour en savoir plus sur l’attentat de Liège

Une nouvelle conférence de presse se tiendra ce mercredi, à 10h30. Le parquet fédéral devrait revenir sur la chronologie des faits et donner les premiers éléments de l’enquête. De nombreuses questions demeurent sans réponse, notamment sur l’intentionnalité des faits survenus et sur le caractère préparé de cette attaque.

15:41 – Un coran et un tapis de prière dans la cellule de Benjamin Herman

Selon les information de Paris Match Belgique, un coran et un tapis de prière ont été découverts dans la cellule où était incarcéré l’homme considéré comme le tueur présumé de l’attentat de Liège. Ces informations, qui pourraient se révéler banales, ont à mettre en perspective avec les interrogations des enquêteurs quant à une possible radicalisation du suspect en prison.

15:33 – L’identité du jeune civil tué dans l’attentat de Liège dévoilée

Sud Info révèle que le jeune homme assassiné dans l’attentat survenu à Liège ce mardi s’appelle Cyril Vangriecken. Il habitait dans la commune de Vottemm, en Belgique. Le jeune homme âgé de 22 ans était dans une voiture blanche, sur le siège passager, lorsque l’assaillant lui a tiré dessus.

15:26 – « L’attaquant a essayé de pénétrer dans le restaurant », raconte le responsable d’un bar

Interrogé par un journaliste de la RTBF, le manager d’un établissement de restauration situé à proximité de l’attentat raconte : « L’attaquant a essayé de pénétrer dans le restaurant, s’est acharné sur la porte d’entrée et a cassé la vitre de la première porte ». L’homme indique que ses employés se sont alors barricadés à l’étage du bar-restaurant.

15:12 – L’auteur de l’attentat de Liège a-t-il commis un autre meurtre cette nuit ?

RTL Info publie un article ce mardi après-midi pour établir une connexion probable entre un meurtre survenu hier soir dans la commune de Marche-en-Famenne et l’attentat de Liège. Selon RTL, la victime, tuée la nuit dernière d’une balle dans la tête « pourrait avoir été un des deux complices de Benjamin Herman dans le braquage d’une bijouterie perpétré cette nuit à Rochefort ». RTL s’interroge : « Le tueur de Liège a-t-il commis un braquage et tué un de ses complices cette nuit ? ». « L’enquête est menée par la police judiciaire fédérale. Il ne faut pas faire de raccourci trop rapide et ne pas tout mélanger. Même si c’était le cas, je ne pourrais rien dire », a répondu le commissaire de Rochefort à RTL Info. Le site d’information belge précise que la prison dans laquelle Benjamin Herman était incarcéré jusqu’à récemment est située à Marche-en-Famenne.

Fusillade de Liège : un attentat ? Déroulé des faits

Vers 10h30 ce mardi 29 mai 2018, un individu a agressé deux policières à l’arme blanche, leur donnant plusieurs coups de couteaux, dans la rue des Augustins, près d’un café du même nom, en plein centre-ville de Liège, en Belgique. Parvenant à leur voler leurs armes, il les a ensuite abattues avant de tuer un homme de 22 ans qui se trouvait dans une voiture, sur le siège passager. La RTBF indique que l’assaillant aurait tenté d’entrer dans un restaurant de la rue, en vain. Selon le Procureur du Roi qui a pris la parole à la mi-journée, le tireur s’est ensuite réfugié dans le hall d’entrée du lycée Athénée Léonie de Waha, dans le boulevard d’Avroy. Dans ce vaste bâtiment situé à environ 300 m de la fusillade, il aurait pris une femme de ménage en otage. En quelques minutes, un dispositif de sécurité important a été mis en place. C’est vers 11 heures que le forcené a été neutralisé par des membres du peloton anti-banditisme (PAB), après avoir tenté une sortie et avoir blessé des policiers aux jambes. Le preneur d’otage aurait été abattu au terme d’une violente fusillade d’une vingtaine de coups de feu. L’otage est saine et sauve, mais deux policiers ont été blessés durant l’intervention.

La piste de l’attentat ne fait guère de doutes. La Libre Belgique, qui cite une source policière, a d’abord indiqué que l’homme aurait crié « Allah Akbar » pendant ou après la fusillade. Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral, a ensuite évoqué « des éléments qui vont dans la direction d’un acte terroriste » et l’enquête a été confiée au parquet fédéral, compétent en matière d’attentat. Le Procureur du Roi a confirmé que « l’affaire a été mise à l’instruction avec infraction terroriste ». 

Quel est le bilan de la fusillade de Liège ?

Le bilan de la fusillade de Liège est lourd. Le tireur a fait trois morts au total, dont deux policières. Il a aussi tué un homme de 22 ans qui se trouvait dans une voiture au moment des faits, identifié par les médias belges comme étant Cyril Vangriecken. On ne connait pas encore l’identité des agents de police tués, mais on peut penser que l’assaillant s’est attaqué volontairement aux policière. Selon un témoin, le tueur aurait ciblé le jeune civil parce qu’il se trouvait là et l’aurait abattu à bout portant. Deux à trois blessés sont aussi à dénombrer, alors que la fusillade a eu lieu en plein centre-ville de Liège et que le Café des Augustins est très fréquenté en cette période de l’année. Les élèves du lycée Athénée-Léonie-de-Waha, en classe au moment de la fusillade, ont été évacués d’urgence dans un parc voisin. Ils n’auraient pas été en contact avec le forcené. La femme prise en otage est quant à elle saine et sauve.

Benjamin Herman, l’auteur présumé de la fusillade de Liège

Les informations sur l’auteur de la fusillade de Liège se précisent, tout comme ses éventuelles motivations. Selon la RTBF, il s’agirait de Benjamin Herman, un homme qui « sortait tout juste de prison ». La radio-télévision belge indique en effet que ce dernier, né en 1982 et originaire de Rochefort, dans la province de Namur, en Belgique, avait quitté le centre de Lantin, pour un « congé pénitentiaire », ce lundi 28 mai, soit la veille des événements. D’autres médias évoquent quant à eux une permission de la prison de Marche-en-Famenne, « pour un rendez-vous de reclassement ». Quoi qu’il en soit, Benjamin Herman, qui devait rentrer à la prison ce lundi soir, ne s’est pas présenté et aurait été immédiatement signalé par les services pénitentiaires. Il aurait été signalé pour un « acte délictueux en province de Luxembourg » dans la nuit de lundi à mardi. RTL.Info évoque un braquage à Rochefort suivi du meurtre d’un des braqueurs à Marche-en-Famenne, dans la province voisine de Luxembourg.

Toujours selon la RTBF, Benjamin Herman était incarcéré « pour des faits de droit commun ». Il n’était pas connu pour des faits de radicalisation jusqu’à présent, mais pour des faits de « vols, de dégradations aux biens publics et de petits trafics de drogue ». Cet homme au passé difficile et en rupture avec sa famille était néanmoins considéré comme « marginal », « instable » et « très violent ». Les enquêteurs se penchent désormais sur ses différents séjours en prison pour vérifier si Benjamin Herman a pu se radicaliser au contact d’autres prisonniers. Selon plusieurs médias belges, il se serait en effet radicalisé en prison, à Lantin, où il a été emprisonné en 2017. Paris Match Belgique rapporte d’ailleurs qu’un coran et qu’un tapis de prière a été retrouvé dans son ancienne cellule. Un élément à prendre en compte, même s’il faut veiller à ne pas faire d’amalgame facile

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *