PROCÈS DE L’IMAME ALIOUNE BADARA NDAO :Réquisition du procureur général.

(Fatima NDONGO envoyée spéciale)PROCÈS DE L’IMAME ALIOUNE BADARA NDAO :Réquisition du procureur général.

Travaux forcés à perpétuité contre Makhtar DIOKHANE ; Cheikh Ibrahima BA ; Ibrahima DIALLO ; Abou DIALLO ; Mouhamed Lamine MBALLO ; Latyr NIANG ; Ibrahima MBALLO ; Abdou Akim Mbacké MBALLO. 30 ans de travaux forcés contre l’Imam Alioune Badara NDAO, plus des peines allant de 20, 15, 10, 5 ans plus des acquittements.

L’affaire de l’Imam NDAO vient encore de retenir l’attention. Ce prêcheur et ses complices sont poursuivis pour blanchiment de capitaux, apologie au terrorisme et association de malfaiteurs avec un projet d’implantation d’un camp de djihadistes et détention d’armes sans autorisation administrative.
Le maître des poursuites s’est adonné à son exercice favori, qui consiste à décortiquer point par point le projet d’installation d’un projet djihadiste au Sénégal. Selon lui, le groupe qui a fait le voyage du Sénégal au Nigéria pour grossir les rangs de Boko Haram, était parti pour apprendre le maniement des armes pour qu’à leur retour ce projet d’installation du camp terroriste puisse être facilement géré.
Ceci se justifie par plusieurs réunions tenues avec le chef de Boko Haram Aboubacar Sheku lors des aveux de certains accusés. D’après l’un des accusés, Makhtar DIOKHANE  le chef de Boko Haram lui a remis plus 15 millions de francs CFA pour la mise en place de ce fameux camp.
Du fait que le terrorisme est par nature une criminalité subversive de par l’effet recherché. A savoir le renversement des régimes et la detruction d’édifices considérées comme patrimoine. Le maitre des poursuites a requis une peine de 30 ans de travaux forcés contre l’Imam NDAO, pour les délits d’apologie au terrorisme, blanchiment de capitaux, détention d’armes.
Pour le groupe considéré comme étant les caïds qui allaient diriger les opérations le jour où ce camp serait en place, ont vu le l’avocat général a requis une peine de travaux forcés à perpétuité contre Makhtar DIOKHANE, Cheikh Ibrahima BA, Ibrahima DIALLO, Abou DIALLO, Mouhamed Lamine MBALLO, Latyr NIANG, Ibrahima MBALLO, Abdou Akim Mbacké MBALLO accusés d’association de malfaiteurs, d’actes de terrorisme avec l’idée d’implanter un camp de Djihadistes au Sénégal, dont le financement vient d’un redoutable chef de guerre.

« 20 ans de travaux forcés requis contre Saliou NDIAYE et Moustapha DIATTA pour association de malfaiteurs, blanchiment d’argent, apologie et financement d’une entreprise terroriste. Concernant Alioune Badara SALL  et Amy SALL coupables du délit de blanchiment de capitaux. L’avocat général demande à la cour de les condamner à 5 ans fermes. Pour Ibrahima Kibily NDIAYE, El Hadji Mamadou Mame BA pour les délits d’association de malfaiteurs, il a requis 15 ans de travaux forcés. Quant à Coumba NIANG coupable de blanchiment de capitaux; de la condamner à une peine de 5 ans et une peine de 10 ans fermes, pour financement du terrorisme.

Par rapport au dernier groupe composé de Mariéme SOW, Ibrahima HANNE, Alpha Diallo, Omar KEITA, Mor Mbaye DEME, Mouhamadou Moustapha DEME, Boubacar Décoll NDIAYE, Daouda DIENG, le maitre des poursuites a demandé leur acquittement pur et simple. Affaire à suivre…

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *