Le proces de Imam Alioune Badara Ndaw et compagnie se poursuit au Palais de Justice de Dakar.

(Envoyée spéciale:Fatima NDONGO)-Le procès de Imam Alioune Badara Ndaw et compagnie se poursuit au Palais de Justice de Dakar.

Au 10eme jour, c’était au tour de d’Ibrahima Ndiaye 22éme accusé à comparaître pour répondre des faits qui lui sont reprochés 

Au cours de son audition devant la Chambre criminelle spéciale en charge de l’affaire dite de terrorisme dans laquelle sont poursuivis l’Imam Alioune Ndao et ses coaccusés.

Ibrahima Ndiaye  devant la chambre, avait révélé à l’enquête, que certains sunnites étaient frustrés par ce qui s’était passé à Diourbel. « Ils s’étaient sentis menacés et voulaient venir prêter main forte. selon lui, l’Imam Moussa Mbaye qui pratiquait un islamisme radical, avait fustigé le fait que l’Etat favorisait la majorité au détriment des minorités.

J’ai toujours clamé haut et fort que nous sommes dans un pays dans un pays de loi et de droit.

Je n’ai jamais  connu l’imam Alioune Ndao, avant mon  séjour carcéral. « C’est à la prison que je l’ai connu.  la première fois que je l’ai vu c’était en 2004. j’étais parti à Kaolack aux fiançailles d’un ami  lorsqu’en cours de route nous nous sommes arrêtés à l’heure de la prière de vendredi. J’ai prié à la mosquée.Sa façon de réciter les versets du Coran   m’a beaucoup plu. L’on m’a alors signifié que c’est l’Imam Alioune Ndao. Je ne l’avais alors aperçu que de loin ».

Sur ces rapport avec Mouhamed Ndiaye de Boko Haram, l’accusé dit, qu’il entretient des rapports purement et simplement amicaux. Je n’ai jamais fait la Libye, le Nigéria encore moins la Syrie? par contre beaucoup de ces amis ont disparu ou même morts dans ces pays citant le cas de Moussa Mbaye. Jamais il ne lui est venu à l’esprit de faire le djihad et soutient n’avoir aucun penchant pour le djihadisme. Ibrahima Ndiaye soutien toujours que s’il doit aller en prison c’est Dieu qui l’aurai voulu. Le Sénégal est un pays de démocratie et que  chaque personne a le droit de vivre sa foi comme il l’entend.

 

Pape Kibily Coulibaly, élève en classe de Terminale S2, au Lycée Sergent Malamine Camara (ex-Lycée moderne de Dakar), est le 23eme accusé de terrorisme dans l’affaire Imam Ndaw. Né en 1993, il a été arrêté 03 semaines avant l’examen du Baccalauréat.

En 2016. Coulibaly aspirait à intégrer l’Ecole supérieure polytechnique (Esp) de Dakar ou la police.

après avoir échoué une première fois aux examens du bac, je faisais de petits boulots pour payer mon inscription. Et c’est à 3 semaines des examens, que j’ai été arrêté »

« Le mercredi 22 juin 2016,  je suis parti faire les courses pour ma mère, à Grand-Yoff. Je devais récupérer des colis pour elle. Et c’est au retour que j’ai été suivi par plusieurs hommes. Ils m’ont interpellé et m’ont demandé quelqu’un qui n’habitait dans la maison. Je leurs ai dit que je ne connaissais pas ce nom-là. Ils m’ont alors arrêté puis sont entrés dans ma chambre. Dans laquelle, Ils ont trouvé une table, sur laquelle, j’avais posé un document de concours de la police et des cours de Svt (Sciences de la vie et de la terre), entre autres. Ils ont ensuite, récupéré mon ordinateur. C’est après 08 jours de détention, que j’ai été déféré au parquet ».

Devant la Chambre Pape Kibily Coulibaly a nié en bloc les faits qui lui sont reprochés.

L’accusé a affirmé n’avoir jamais parlé de  jihadisme et  n’en sait absolument rien du tout.

Tout au long de son audition, il a soutenu qu’on lui a  prêté des propos dans le procès-verbal, qu’il n’a jamais dit. Et assure n’avoir jamais penser faire du jihad. A SUIVRE…

 

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *