1 444 Sénégalais qui étaient en situation irrégulière à Ankara seront bientôt régularisés. Suite à un entretien entre l’ambassadeur du Sénégal à Ankara et le ministre turc de l’Intérieur, Suleymane Soylu qui a demandé aux personnes concernées de s’inscrire sur la plateforme électronique des services de l’émigration de la Turquie pour obtenir leur carte de séjour.

Selon un communiqué parvenu à la rédaction, la Turquie va régulariser la situation administrative de 1444 Sénégalais. D’après le communiqué, cette décision a été prise suite à une rencontre entre l’ambassadeur du Sénégal à Ankara, Moustapha Mbacké et le ministre de l’Intérieur de la Turquie, Suleymane Soylu. Lors de cette rencontre qui a eu lieu le 26 octobre dernier, informe la note, les deux hommes ont « magnifié l’excellence et l’exemplarité des relations bilatérales qui se sont traduites par des avancées concrètes à travers la réalisation de grands projets mutuellement bénéfiques pour les deux pays, comme cela a été mis en exergue lors de la 4eme Session de la Commission mixte entre le Sénégal et la Turquie, tenue à Dakar, les 5 et 6 septembre 2017 ».

En effet, c’est par la même occasion, informe le communiqué, que le ministre de l’Intérieur de la Turquie « a bien voulu accéder à la requête du président de la République Macky Sall concernant la régularisation de la situation administrative de 1444 Sénégalais qui vivent en Turquie ». Ainsi, le ministre demande aux principaux intéressés de s’inscrire sur la plateforme électronique (e-ikamet.goc.gov.tr) des services de l’émigration de la Turquie en vue d’obtenir leur carte de séjour. « Cette décision, d’une haute portée symbolique, vient encore illustrer, si besoin en était, les liens fraternels et l’estime réciproque qui existent entre les deux chefs d’État, Recep Tayyib Erdogan et Macky Sall », ajoute le communiqué. « Cette amitié fondée sur une vision et des aspirations partagées a permis de hisser les relations bilatérales multidimensionnelles à des niveaux jamais égalés et de tracer des perspectives dans la construction d’un destin commun à même de répondre aux attentes des populations des deux pays frères », conclut la note.

Aliou Ngamby NDIAYE

LAISSER UN COMMENTAIRE