Le phénomène des grossesses précoces chez les adolescentes constitue  un véritable fléau au Sénégal avec des conséquences néfastes aux niveaux sanitaire, économique et  socio-éducatif. Dès lors, leur protection s’impose plus que jamais. Consciente du problème, la Dahira Tidiane Alkhairy Wal Minaty d’Anvers en Belgique, dans le cadre d’un projet financé par la ville d’Anvers, va participer à la prévention de ce phénomène dans les régions du Sénégal. A en croire M. Dame Diouf, un des coordonnateurs du projet, il est prévu pour la première phase qui démarre au mois de novembre des sessions de formation y compris des campagnes de sensibilisation à Dakar, à Thiès et dans les régions sud du pays.

 

Selon une enquête réalisée par le Programme national de la santé de reproduction (PNSR) et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), entre 2011 et 2014, dans cinq des quatorze régions que compte le Sénégal, 1 971 cas de grossesse précoce ont été recensés, chez des jeunes filles âgées de 13 à 19 ans. Les conséquences sont douloureuses : problèmes de santé,  dislocation du tissu familial, cas d’infanticide, prostitution et mendicité déguisée et tant d’autres fléaux sociaux résultant de ces grosses précoces et non désirées.

Pour  lutter contre le fléau, la Dahira Tidiane Alkhairy Wal Minaty d’Anvers a mis en œuvre un projet en partenariat avec la ville d’Anvers. Cette initiative intègre la politique de coopération de la ville portuaire avec les diasporas provenant du sud. En effet, à chaque législature, des pays sont choisis sur la base  d’une étude réalisée par les centres de recherches en migration pour porter des projets viables. Cette année, six pays dont le Sénégal ont été choisis pour réaliser des projets au sud. Une série de projets portés par des associations dynamiques comme la Dahira Tidiane d’Anvers, l’association Djokko ou encore l’association Fouta sera exécutée. Ce choix se justifie par l’image positive véhiculée par la diaspora sénégalaise établie à Anvers et la qualité de son travail.  Un montant de 5000 euros a été alloué  à chaque association pour travailler sur les thématiques liées à l’éducation et à la santé. S’agissant de la Dahira Tidiane Alkhairy Wal Minaty d’Anvers, une association de droit belge, a choisi de travailler sur la problématique des grossesses précoces des jeunes filles qui constitue aujourd’hui une véritable problématique de santé publique. Au Sénégal, 19 % des adolescentes de 19 ans sont déjà en grossesse. Les  adolescentes âgées de 15 à 19 ans  avec 22 % de l’ensemble des femmes en âge de procréer, constituent une cible prioritaire dans la politique de santé selon l’Enquête démographique et de santé (Eds 2010-2011)
Ainsi, outre les sessions de formation à initier à Dakar et dans les régions, des séances de sensibilisation seront organisées pour la prévention de cette problématique socio sanitaire qui intéresse au plus haut point les sénégalais vivant dans la diaspora. Se tiendront ainsi pour cette première phase du projet, une session de formation de relais communautaires le samedi 29 octobre à St Louis, une campagne de sensibilisation dans la zone des Niayes le 1 novembre, une grande mobilisation sociale à Thiès le 4 novembre et enfin une seconde session de formation à Guédiawaye le 15 novembre. La seconde phase se déroulera à partir en décembre, précisément dans les régions du sud affectées par ce phénoméne.

Cette initiative intègre les missions de la Dahira Tidiane Alkhairy Wal Minaty d’Anvers qui s’investit dans l’éducation et la formation des enfants des sénégalais de la diaspora pour la connaissance du coran et de leur religion.   70 enfants sont actuellement encadrés au sein de la Dahira à Anvers. Une manière de prévenir toute forme de récupération ou de radicalisation. Avec l’acquisition prochaine d’une Zawiya, la Dahira aura un centre multifonctionnel avec une capacité d’accueil de plus de 150 personnes et permettra d’avoir un cadre de dialogue citoyen approprié. En participant activement aux inscriptions sur les listes électorales lors des élections présidentielles  de 2012 dans la neutralité, ses membres ont démontré notamment leur capacité à mener des actions citoyennes. Selon M. Diouf, avec ce projet, des résultats probants sont attendus par les sénégalais d’Anvers y compris la ville portuaire, l’eldorado du pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE