SANYO DIGITAL CAMERA

JOURNÉE DE L’ENFANT AFRICAIN CÉLÉBRÉE A NDIEYENE SIRAKH: Le PLAN INTERNATIONAL -BUREAU DE THIES EN PARTENARIAT AVEC LA BOUTIQUE DU DROIT  POUR MARQUER  LEUR APPOINT AUPRÈS DES ENFANTS MINEURS DU SECTEUR.

(Par Frédéric DIALLO) « Accélérons la protection, l’autonomisation et la légalité des chances »

Après une formation diplômante de 02 jours  à 12 journalistes avec leur partenaire la Boutique du droit. Plan International bureau de Thiès dirigé par son directeur Ousseynou DIOP vient encore de marquer une  présence utile aux enfants de Ndiéyene Sirakh et environnants. Après les salutations d’usage et l’entrée en matière du directeur de plan Thiès.

Ont pris la parole : le maire  de la commune Serigne Fallou FALL, qui est revenu sur les déclarations de naissance dans le milieu rural, que les parents ne respectent pas et la reprise bientôt des audiences foraines. Le chef de village Moussa SYLLA, Gassama, Mamadou DIOP ont adhéré au soutien qu’apporte Plan International Bureau de Thiès aux enfants. Madame Ndiongue professeur au lycée Malick SY de Thiès a surtout insisté sur le thème : « accélérons la protection, l’autonomisation  et la légalité des chances ».Que l’enfant ne soit pas un prisonnier de ses actes, qu’il soit libre dans certaines situations, car il a besoin de s’épanouir …

Lors de cette  conférence, la personne qui a tenu en haleine le publique ; c’est Madame Seynabou DIENG Diéye coordonnatrice de la boutique du droit de Thiès. Qui dans son exposé a mis en garde les parents qui jette en pâture leurs filles mineures dans des mariages précoces, considérés comme forcés. Et cet acte  qui fait figure de proxénétisme  incite à la débauche, est puni par les articles 323 et 324 du code pénal.                                                                                   Car une fille mariée à bas âge est exposée aux maladies comme le sida et à des accouchements prématurés, qui  la font  vieillir en la détruisant à petit feu.

Avant  de terminer son développement, Madame Dièye  demande aux gens de dénoncer certains actes, car la non dénonciation  est un signe de complicité,  jugé comme étant un crime. Dénoncer c’est contribuer positivement à l’évolution de la société.

Pour clôturer, Mr Ousseynou DIOP de Plan International donne rendez-vous d’ici peu et demande aux parents de bien veiller sur les enfants qui sont l’avenir de demain.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Car une fille mariée à bas âge est exposée aux maladies comme le sida et à des accouchements prématurés, qui  la font  vieillir en la détruisant à petit feu.

Avant  de terminer son développement, Madame Dièye  demande aux gens de dénoncer certains actes, car la non dénonciation  est un signe de complicité,  jugé comme étant un crime. Dénoncer c’est contribuer positivement à l’évolution de la société.

Pour clôturer, Mr Ousseynou DIOP de Plan International donne rendez-vous d’ici peu et demande aux parents de bien veiller sur les enfants qui sont l’avenir de demain.

LEAVE A REPLY